Bonjour ou bonsoir.



MON PETIT PLACARD SECRET
. Depuis un bon moment j'avais envie de montrer mes petits dessins et montages imaginés depuis les plus profondes cases excitées et hallucinées de mon esprit. Fantasme avec ou sans "S", selon comme ça vient me titiller... La fessée et quelques de ses multiples satellites en sont les thèmes principaux.

J'espère que vous prendrez plaisir à parcourir ce blog tout en rappelant que celui-ci est STRICTEMENT INTERDIT AUX MINEURS !

Petits trucs



A droite j'ai placé une
TABLE DES
MATIÈRES, elle vous permet de choisir des thèmes à visiter selon vos préférences.


.

lundi 5 mai 2014

JE VOUS LE DEMANDE




Racontez-moi en quelques lignes ce que vous inspire cette photographie.

Je vous dirais celle ou celui qui est le plus proche de la réalité.

Ça n'empêche nullement de délirer.

23 commentaires:

  1. Bonjour Mike !

    Epoque ? Difficile à dire 1970 ? 1980 ? 1990 ? I don't know. Décor sobre. Bureau ou salon. mobilier et chaise vieux style. Famille traditionnaliste et aisée (?).Trois personnages .
    A gauche: femme (jeune ou non) en tenue sombre. Assis/e : femme (jupe écossaise en biais, polo...) La patronne ?. Debout, derrière elle : un homme, qui assiste en "spectateur". Ambiance de réclamations ou réprimande ou jour de paye : Domestique/ enfants ? Ou bien : un avant goût de la punition favorite. Du style :" le verdict est tombé : nous avons décidé de te/vous punir pour l'exemple Allons, approchez !! (...) et préparez-vous ! "... Et l'on imagine la suite
    Bonne journée. Peter Pan

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Re-bonjour Mike !

      Ca pourait être les notes du Bac, reçues et scrutées par les parents ou tuteurs... ou les derniers résultats du Loto...ou des Turfistes invétérés ? Pourquoi pas ? La course à la fortune est un sport familial . Sinon, peu d'indices si ce n'est que la scène se passe en soirée par l'ombre que projette la lumière du lampadaire LED.Peut -être en saison d'hiver par les bas en laine portés par la jeune femme sur la gauche.
      C'est ce que je peux dire. Vraiment . Sur ces hypothèses maigres, je conclue.
      Peter Pan. J'ai peut être tout faux mais bon, on a rien sans rien dans la vie...

      Supprimer
  2. Je crois bien qu'ils ont déjà fait un petit bout de chemin amoureux ensemble tous les deux… Jusqu'au jour où il a parlé de lui donner la fessée… Elle l'a traité de malade, de pervers… Lui a vivement conseillé d'aller se faire soigner… Seulement… seulement "ça" s'est mis à la hanter… Ça a fait son chemin… Elle l'a vécue et revécue en imagination cette fessée qu'elle a refusée… Avec de plus en plus de plaisir… Et elle a fini par reprendre contact… Ce sont leurs retrouvailles… Qui vont se solder, d'entrée de jeu, par une fessée… C'est elle qui l'a voulu…

    RépondreSupprimer
  3. Cela faisait des mois, des années sans doute, qu'elle en rêvait. Donner la fessée à un homme. Sentir ses fesses douces et musclées frémir sous sa main. Prendre le contrôle sur lui, juste l'espace d'un instant. Elle, toujours si féminine et enjouée, comment pouvait-elle nourrir de telles pensée. Elle n'en savait rien, mais pourtant... Et puis elle l'avait rencontré, presque par hasard. Ils avaient discutés, des jours et des jours, avant de découvrir, effarés, qu'ils partageaient le même fantasme. Aujourd'hui ils avaient décidé de franchir le pas et de réaliser enfin ce qui leur tenait tant à cœur. Elle avait choisit ses habits avec soin. En réalité, elle était tout sauf autoritaire et c'était bien là le problème. Elle devait au moins essayer de s'en donner l'apparence. Une petite robe droite, noire et blanche, un collant noir, des bottines richelieu... elle avait tout de la directrice sévère à présent. Parfait ! Il ne manquait plus que le manteau. Elle ouvrit le placard mais ses imperméables étaient tous plus colorés et froufroutants les uns que les autres. Cela ne collait pas du tout avec le rôle qu'elle devait jouer! Il lui fallait un manteau noir ou gris, simple et strict. Elle se précipita au grenier, ouvrit la malle et y découvrit un vieux manteau en laine de couleur sombre. Il serait parfait ! Elle le revêtit et alla en contempler l'effet dans le miroir de l'entrée. Elle grimaça, une drôle de grand-mère au visage de jeune fille semblait la contempler. Mais elle n'avait pas le temps de s'appesantir, il était grand temps qu'elle parte.
    Arrivée devant la porte de l'appartement de son ami, elle sentit une vague d'angoisse venir la submerger. Et si elle n'arrivait pas à prendre le dessus sur lui ? Et si elle ne trouvait rien à lui reprocher pour justifier de la fessée ? Si elle ne le grondait pas, il serait déçu, elle le comprenait fort bien. Mais comment allait-elle s'y prendre ? Elle frappa doucement à la porte, plus du tout sûre d'elle, et il vint lui ouvrir, un sourire charmant et bienveillant aux lèvres. Il la fit entrer dans le salon où il avait disposé, comme prévu, une chaise devant le canapé. Il faisait chaud et elle aurait aimé enlever son manteau mais il semblait pressé d'en venir au fait et lui tendit galamment la chaise. Au moment où elle se plia pour s'y asseoir, il retira l'objet d'un geste brusque et elle se retrouva séant par terre ! En une fraction de seconde, elle hésita entre fou rire et colère, mais son choix ne fût pas difficile à prendre. Ce monsieur serait fessé comme le vilain garnement qu'il était. Ce n'était plus envie à présent, mais bel et bien une évidence !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bel effort d'imagination. J'aime le déroulement et le final original, je ne m'y attendais pas.

      Supprimer
    2. Bonjour Mike !

      Perso, on aimerait écouter la suite. On se laisse prendre au jeu. Superbe prose. Suspense garanti .'Me laisserait bien tenter par l'expérience, tiens. Rires. Amandine nous ravit toujours par ses formules dignes d'un roman fleuve. Vite, la suite. A mon avis, Amandine est bien placée pour remporter le 1er prix... Mais bon... Peter Pan

      Supprimer
    3. Pourquoi placer des auteurs(es) sur un podium.Chacune et chacun sa particularité, le tout est d'abord de se faire plaisir.

      Supprimer
  4. Ah y a pas de classement ? Alors je peux jouer ! :D

    C'est le cadrage du photographe qui raconte cette histoire.
    Au premier plan, une main d'homme plutôt costaud a saisi le dossier d'une chaise en bois. Sur la gauche, en face de lui, une fille déstabilisée part à la renverse dans ses bas et ses bottines. Il va bien falloir qu'il la rattrape pour qu'elle ne tombe pas, qu'il l'attire a lui dans un mouvement rapide, qu'il la fasse virevolter et la rattrape sous son bras, puisque la chaise est au cul pan !

    RépondreSupprimer
  5. La main sur le dossier d’une chaise, il analyse avec la préceptrice et découvre avec horreur les remarques accablantes qui pèsent sur la fille, debout à coté. Son assurance naïve s’effondre progressivement. Le sol parait se dérober sous ses pieds, ses jambes cherchent un appui qui lui fait de plus en plus défaut, son calme apparent s’évapore, visualisant le spectre d’un compte à rendre qui se dessine de plus en plus clairement et une image obsessionnelle qui l’envahit. Aujourd’hui sera un jour orageux, elle le craignait depuis quelques temps.

    (plume jaune)

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour Mike !


    Tout le monde est attentif. Peut-être regardent-ils un film sur DVD. On peut tout imaginer.
    "Dix-neuf heures venaient de sonner à l'horloge du salon. Une de ces vieilles Francomtoises en pin massif comme il s'en trouvait encore dans quelques fermes isolées. Tout était calme dans la maisonnée.
    A l'étage, tante Sophie et oncle Paul regardaient pour la énième fois un vieux film de vacances à La Baule, tourné en caméra Super-8 dont la pellicule montrait des signes de fatigue. Ma cousine Nathalie s'avança timidement vers nous, avec cette démarche maladroite des soirées tardives où elle rentrait bien après minuit. Elle bredouilla, rougissante. "Maman, j'ai ... j'ai un devoir... à faire signer... s'il te plait."
    Ma tante se tourna vers elle, les sourcils froncés. "Encore un de plus. Une bonne note, cette fois, j'espère...Voyons !" Elle lui tendit le devoir d'une main hésitante. Ma cousine se tordait les doigts d'angoisse.La décision de sa terrible maman allait tomber. Dure. Froide. Sans appel. "Bien. Tu sais ce qu'il te reste à faire" lui dit-elle. "Allons, suis-moi ." Elle se leva et tira sa fille par le bras vers la chambre parentale. Puis elle referma la porte.
    Imaginons la suite. Bonne soirée. Peter Pan.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une version possible....

      Pour les films de vacances, ça sent le vécu. (rire)

      Supprimer
  7. Bonsoir Mike !

    Décidément, vous entretenez le suspense... Plus ça mijote et meilleur c'est. Alors...
    patientons. Vous seul détenez le fin mot de l'histoire. Rires.
    Bonne soirée. Peter Pan

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je dévoilerai la vérité sur cette photo en fin de semaine prochaine.

      Supprimer
    2. Bonjour Mike !

      "Co...comment... vous allez... nous faire patienter....encore une semaine... c'est inhumain !!! Quel supplice ! Vite un Aspro !! " Rires. Je sens qu'on est tous à côté
      de la plaque.( Et moi le premier) Bon Dimanche. Peter Pan

      Supprimer
  8. Une commande particulière vient d'être envoyée à l'atelier d'ameublement. Le chef de l'atelier supervise le travail de sa styliste et de son assistante. Ils doivent concevoir un meuble à fesser pour dame de la haute société. L'étude ergonomique du meuble prévoit un confort pour celui qui reçoit afin de faire durer le plaisir de la fessée, ainsi qu'une position haute pour assurer un maniement parfait des instruments quels qu'ils soient.
    La style et son assistante se sont appliquées à concevoir un premier projet et un prototype est alors créé. Le chef d'atelier décide de le tester sur la styliste afin qu'ils puissent apprécier les différents aspects. La styliste acquiesce et s'allonge sur le meuble à fesser. Le chef se positionne et commence à claquer les fesses de la jeune dame. Le résultat est peu satisfaisant. Les fesses ne peuvent être uniformément rougies.
    Le chef d'atelier après avoir fait part des problèmes qu'il a rencontrés, invite la styliste à porter les corrections à son design. Il place deux coussins sous les fesses et derrière son dos et annonce à l'assistante qu'elle sera la prochaine à tester le meuble.

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour à vous !

    Le meuble à fesser ! Comment n'y ai-je pas pensé plus tôt ?
    Je peux vous fournir les plans d'assemblage si vous le souhaitez . Rires.
    Bonne journée. Peter Pan.

    RépondreSupprimer
  10. Que représentait réellement cette photo ?

    J'ai apprécié toutes vos légendes avec une mention toute personnelle pour celle de Mirabelle pour son originalité.

    Cette photo avait été prise dans un appartement il y a quelques mois. Logement qui n'abrite pas une famille traditionaliste aisée (Peter Pan) Je ne nommerai pas les trois personnage en partie visible sur la photo. Point de fessée ni de menace, nous regardions simplement des photos sur l'écran d'un ordinateur manipulé par sa propriétaire (Dame assise, jupe écossaise ).
    C'est un peut le hasard qui m'a fait prendre cette photo. Les chaussure du personnage féminin sur la gauche me plaisait et la lumière m'inspirait. L'apport de la main sur le dossier de chaise présentait une touche humaine sur le bois qui ajoutait à l'ensemble.
    Il est difficile d'imaginer à l'avance ce que donnera la photo, mais parfois elle sont bien ou du moins me parle.

    Voilà, ce n'était que des personnages contemplant un écran d'ordinateur.

    Bravo à toutes et tous pour vos légendes, je suis satisfait de vous avoir, par cette photo, titillé votre imagination.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Mike !

      Enfin le moment tant attendu ! Nous étions tous suspendus à vos lèvres. Nous buvions vos appréciations avec parcimonie... Finalement, nos supputations étaient en partie fondées. Perso, mes déductions "A la Sherlock" étaient assez justes visiblement...
      Ca m'a rappelé les vieux épisodes de Columbo... 3J'ai un petit détail qui m'échappe..." Rires. Souvenirs, souvenirs... Bonne soirée. Peter Pan.

      Supprimer