Bonjour ou bonsoir.



MON PETIT PLACARD SECRET
. Depuis un bon moment j'avais envie de montrer mes petits dessins et montages imaginés depuis les plus profondes cases excitées et hallucinées de mon esprit. Fantasme avec ou sans "S", selon comme ça vient me titiller... La fessée et quelques de ses multiples satellites en sont les thèmes principaux.

J'espère que vous prendrez plaisir à parcourir ce blog tout en rappelant que celui-ci est STRICTEMENT INTERDIT AUX MINEURS !

Petits trucs



A droite j'ai placé une
TABLE DES
MATIÈRES, elle vous permet de choisir des thèmes à visiter selon vos préférences.


.

dimanche 28 décembre 2014

LES CHAMPS DU SIGNE




faut pas croire, mais perso le passage à une autre année ne m'interpelle pas plus que ça. Bien sûr, je la souhaite heureuse pour toutes et tous, mais ça je peux le faire à n'importe quel moment du calendrier, c'est juste une question d'attention envers nos bonnes relations.
Quand à prendre de bonnes résolutions, je laisse ça à celles et ceux qui en ont de mauvaises

Vous ne me verrez pas sur les Champs Elysées obstruer l'avenue et jouer de l'avertisseur. Je laisse celles et ceux qui s'en amusent occuper le terrain et faire de grands signes aux caméras de télé en beuglant.

C'est comme ça, l'être humain a balisé le temps et les distances pour se repérer dans l'infini, parce que l'infini ça fait peur alors qu'au contraire ça devrait nous rendre plus humble.

Mais bon, je suis un être humain alors puisque c'est de tradition de marquer le coup, je le signe d'une petite carte et j'ouvre une bonne bouteille de whisky, mais ça, c'est habituel, il n'y a pas de date, c'est selon l'envie.


dimanche 21 décembre 2014

AUX NOMS DES PERES






Comme chacune et chacun le sait, il y a le père Noël et le père Fouettard. Une contradiction comme à peu près tout ce qui fige notre humanité en opposant le bien et le mal.
Je n’adhère guère aux croyances et raison de plus quand on veut me faire croire qu’il faut y croire à en croire tous ceux qui croient avec ou sans croix de fer ou de bois, sous réserve, non pas d’une bonne cave, mais du feu des enfers.

En revanche, pour ce qui est du père Noël et du père Fouettard, je fais exception. Au moins cette naïve et éphémère conviction qui fait briller ou pleurer les yeux des enfants, les fait rire ou grimacer, ne s’impose pas comme une vérité asservissante puisque ce ne sont que gentilles chimères pareilles au méchant loup, à la bonne fée, aux bottes de sept lieues, à la poule aux œufs d’or etc.
L’unique danger en est l’addiction, car moi je n’ai pas décroché vu que la cure de désintoxication n’est pas référencée à la sécu.

Le père Noël et le père Fouettard, ils me font kiffer grave et comme chacune et chacun est libre de les interpréter selon d’où vient le cépage que je ne tourne pas, alors d’eux je me fais mon petit cinoche privé que pour une fois, je fais foi, une tranche de foie gras en bouche histoire de titiller mon foie, de partager avec vous. Non pas le foie gras mais juste le « Il était une fois » mon père Noël et père Fouettard.

Personne ne sait qui ils sont pour la bonne raison que l’emploi au pôle est saisonnier sous X et donc les pères sont intérimaires. Le contrat est court et rapporte moins qu’un mandat électoral. Donc ils sont plus précisément des inter-mi-temps voir inter-miteux que des interri-maire. Si ont ajoute que les bancs du traîneau sont plus inconfortables et moins bien chauffés que les bancs de la salle du conseil, il ne peut y avoir de comparaison.
Il n’y a pas qu’un père Noël et qu’un Fouettard, ils sont en nombre et à chacun leur quartier. N’imaginez plus qu’ils passent par la cheminée car des foyers ouverts sont en voie d’extinction. Et oui, les inserts sont à la mode et aucun père Noël ou Fouettard n’a envie de se retrouver dans un aquarium. Faut-il ajouter que précisément ce soir là, les bûches y flambent. Si un préfet bienveillant et soucieux que le travailleur ne finissent pas carbonisé et que ce dernier réclame son droit aux points retraite pour raison de pénibilité, avait interdit les feux de bois, une ministre incendiaire n’en n’aurait, parait-il pas tenu compte. De toute façon, les pères Noël et Fouettard entrent chez vous comme tout le monde, par la porte.





Méfiez-vous des imposteurs, un vrai père noël n’est pas vêtu de rouge, mais de vert. Le rouge ne vous refilera qu’une caisse de canettes, non pas de cuisses ou pignons confits, mais de boissons à bulles qui n’ont ni le doré, ni la saveur du champagne. Pour reconnaitre le père fouettard, c’est simple, s’il tient dans la main un martinet de bazar, flanquez-le à la porte et balancez son martinet dans l’âtre. Un vrai père Fouettard possède un martinet de qualité. Les meilleurs sont ceux signés d’un « W ».

Pour les enfants pas sages, le vrai père Fouettard se contentera de les faire flipper, rien de plus. Un enfant par nature ne peut pas être sage, le contraire pourrait paraitre douteux, donc point de châtiment pour les chérubins, le père Fouettard leur pardonne tout et charge son collègue le père Noël de les récompenser. Le père Fouettard, c’est que pour les adultes. Ce sont d’ailleurs ces derniers qui ont détourné l’histoire afin de ne pas avouer que la visite du fouetteur leur était exclusivement réservée. Voilà, c’est fait, la vérité est rétablie !

Donc, quand c’est la dame ou le monsieur qui n’ont pas été sages, le père Fouettard use de son droit de châtier, en privé bien entendu. Conclusion, les mouflets au dodo ! Cependant, à vous les marmots, n’hésitez pas à dénoncer par lettres vos parents pas sages et surtout, inscrivez lisiblement votre adresse, le bon étage et le numéro de porte, sinon c’est la voisine qui morfle. Remarquez, chères petites têtes blondes, que si vous ne pouvez pas blairer votre voisine… Enfin je dis ça mais je n’ai rien dis.



Mon seul regret, c’est qu’il n’y est pas encore de mère Fouettarde, ça me changerait agréablement, non pas que le père Fouettard ne sache pas jouer des lanières avec savoir faire puisqu’avant de traîner la nuit en traîneau, tous les embauchés ont bûché le mors aux dents à des stages de correction et qu’au sortir leur permis de fouetter est agrémenté de douze points, mais que de me faire rosser par une Madame m’exciterait différemment. Que voulez-vous, pour le présent la parité n’est pas encore à la mode au pôle qu’il soit du Nord ou d’emploi.

Tiens, pourquoi ne pas ajouter un père fessé histoire que quelques dames passent leurs nerfs. Une option de Noël gratuite, mais surtout d’encourager les Mesdames à donner ce qu’elles veulent, héhéhéhé ; y’a des postulants, j’ai des noms.




Voilà…. Joyeux Noël.

mercredi 3 décembre 2014

LE MARCHE OPUS




Aller au marché et marcher dans les allées, parait à première vue un fait bien banal. Cela n’a rien d’héroïque, peut-être rot-hic si on s’attarde au zinc avant. Pourtant, flâneries entre les étals, érotique il peut y avoir. Je vois que vous tiquez, alors prenez votre ticket et par ici la visite.

Je ne sais pas vous, mais puisque vous lisez ces lignes c’est que le sujet du blog ne vous laisse pas indifférent, mais moi il arrive arpentant les pavés d’un marché, que mon côté fantasme ouvre un œil et dans la seconde le second.
Provocation marchande, la marchande de marchandises serait-elle complice volontaire de taire l’arrière pensé à l’arrière boutique et subtilement me chatouiller d’un parfum de cuir tanné, imaginant déjà la tannée méritée.



Je sens entre mes jambes la montée d’une marée motrice de mes courants les plus alternatifs, m’électriser à la vue de bandes de cuir connues ou non des services de police.



Les joues me piquent sans pour cela piquer, je suis un saint sans larcin consommant à l’œil.


Tentation, plus après d’y regarder de plus près le prêt à porter. La coupe moulant la croupe ne cachant point le cachet des galbes, tant que j’en ai la coupe aux lèvres. Oui tentation de ne pas y poser que les pupilles, même de la nation, et de faire trois pas en arrière pour sortir un billet de mon cuir pour ceinture en main, revenir aux jeans fessier et rosser l’insolente moitié inferieure de la provocante. Juste tester sans pro-tester car je suis encore novice.



 Je m’abstiens, je ne suis pas certain du public sur voie publique qui de vive voix m’insulterait de propos pas propres.



Allons plus loin ! Sur deux tréteaux, je ne parle pas des commerçantes, une planche présentant ustensiles de cuisine. Mon esprit est en ébullition, il me faut touiller le bouillant qui m’emporte la bouille. Pas une tune pour le rouleau, je me ferai rouler, mais je roule de gros yeux vers les cuillères cul-inaire dont le bois ne m’y laisse pas.



 Je sais le touché mat qui me mate lorsque l’échec de la douceur de ma douce sœur fesseuse est à terme échu et qu’il s’impose que choit le bois pour damer le pion.
Je planche sur l’étalage et il y a du pain sur la planche. C’est la mie cruelle d’une amie dont le retour sur les planches me fait craindre la baguette.




Deux pas plus loin une mouche me pique, je mire les tapettes qui me moucheraient si d’aventure je vole aux devantures.



 Parmi les bleues, les rouges, les jaunes, envasées comme les fleurs du mal, une tapette rose, comme c’est touchant et même si je n’en suis pas, elle m’excite autant que les autres.




Espadrille claquées sur les fesses pas de Mathieu j’en serais jaloux. Scandaleuses sandales, j’ai la dalle et ce n’est pas que dalle. Je suis un gourmet qui aime la semelle, pas à point mais plutôt bleu. 



Ce n’est pas au menu le menu fretin, pas même joué en menuet, c’est du hard.


Je vous avais bien dit qu’un marché n’était pas si innocent même s’il est dans la rue du même nom.


Mesdames et Messieurs, fin de la visite, n’oubliez pas le guide !

jeudi 20 novembre 2014

DEBOIRE AVEC MODERATION (4)





Hopitalebonjourdudocteur (première partie)

1981, tout le monde ou presque a entendu parler de cette année. Si le changement de président de la république avait fait couler beaucoup d’encre, il n’en reste pas moins que pour tous les citoyens lambda de France, Dom-tom, Navare y compris l’Alsace et la Loraine, la vie se poursuivait sans que cette élection perturbe réellement l’ordre des choses. Donc pour moi comme pour les autres, le café du comptoir avait toujours le même goût, nos petites habitudes quotidiennes à jour et nos petites envies secrètes toujours au jardin. Bref on se fichait pas mal de qui portait la couronne.
A cette époque je jouais avec les maraichers, mais pas seulement car je ne me déplaçais chez les jumeaux qu’une fois par mois et parfois même moins. Mes désirs de me ré-jouir étaient forts et l’addiction ne faisait plus aucun doute, il me fallait une dose régulière de punitions sonnantes et très-bues-pas-chiantes.
Dans le cercle des fesseurs, des fesseurs amis des fesseurs, des amis fesseurs d’amis fesseurs des fesseurs, j’avais l’embarras du choix regrettant de temps en temps qu’il n’y ait pas de féminin, et même de féminin pluriel.
Parmi ce cercle pis trois quatorze sans cesse, il y avait un homme dans la soixantaine bien tassé que j’avais surnommé le gaucher, je vous laisse en deviner la raison (il y a une fessée à gagner). Notre jeu favori et pour tout dire l’unique, était que lui soit le père sévère et moi le fiston cancre, ce qui n’était pas pour ma pomme un rôle de composition, j’avais répété pendant toutes mes années de primaire (ce qui était bien suffisant c’est donc pour ça que j’ai évité le secondaire).
Un jeu tout simple qui consistait à lui présenter mon carnet de note et lui le contrôler. Je n’ai jamais su, ou surement jamais demandé, comment le Gaucher était en possession d’un bon paquet de carnets vierges tout à fait authentiques. Sans doute que je m’en fichais comme de mon premier zéro…
Ce qui était original, c’est que c’était à moi de remplir les carnets. Rien de bien fastidieux, il me suffisait de garnir les colonnes d’une fraction sur 10 et d’ajouter des commentaires pas vraiment élogieux. Je me forçais déjà à ce qu’ils engendrent l’hilarité et j’avais eut de bons exemples dans le passé avec les originaux de mes instututeurs(trices) ; du genre : «  Il se dépense beaucoup en récréation et prend son temps de pause en classe » ou «  Nous constatons une amélioration vers le bas, il n’aura plus beaucoup d’effort à fournir pour enfin toucher le fond. Bravo ! » et encore « Votre fils est champion aux osselets, dommage ça ne compte pas dans la moyenne. »
Les notes que j’écrivais étaient en fonction de mon humeur, mais dans tous les cas de figures, j’établissais bien un carnet de cancre et les meilleures notes inscrites ne dépassaient pas les 3/10. Je vous avouerais, que remplir le carnet me faisait bander.

Un après midi de l’année 1981, en tenue adéquate, je présentais mes notes au gaucher, pour l’occasion le papa,



Sa réaction avait le bruit et ensuite la puissance d’un réacteur en chef. Ça commençait par l’engueulade puis reprenant note par note la partition, il me secouait assez rudement, me tirait les cheveux et me balançait quelques claques bien pesées sur le gras des cuisses. Ensuite il lisait les commentaires et bien que parfois l’envie de rire le titillait (il me l’avait avoué) croyez qu’il se maîtrisait et de mémoire, je ne me souviens pas l’avoir vu esquisser le moindre sourire. Un vrai pro le gaucher !

Ça c’était le hors d’œuvre et le plat de résistance qui suivait (car le service était rapide) était annoncé par à peu près ça : « Je vais te foutre une correction que tu n’es pas près d’oublier. Tu vas finir par comprendre que l’école n’est pas une colonie de vacances ! »

Il plaçait la chaise, s’installait, me baissait le short et me flanquait une cuisante fessée par-dessus le slip. Une fois le fessier bien brûlant et piquant, il me relevait, allait chercher le carnet et prenait un commentaire au hasard, comme : « L’élève aura toutes ses chances d’embrasser une carrière militaire en tant que tireur d’élite, il possède déjà de très bonnes dispositions au tir de boulettes. » Bon ce n’était peut-être pas exactement les termes, mais de mémoire assez approchant de ce que je pouvais écrire, d’ailleurs ce n’était surement pas ce commentaire ce jour là, mais qu’importe.
Mon faux papa gaucher se foutait en rogne et m’hurlait dessus un petit moment avant de me baisser le slip, me rebasculer en travers de ses genoux et m’en remettre une gratinée tout en continuant à gronder.



Bien entendu que je dégustais parce que le bonhomme avait une main gauche redoutable et quand ça lui prenait, il me claquait avec son chausson à semelle de cuir. Souvent il devait énergiquement me replacer convenablement sur ses genoux en raison que je tentais de me soustraire à la dure fessée cul nu qui suivait de relativement peu la précédente. Il m’est arrivé de supplier, dans ce cas il arrêtait un petit moment, me faisait la morale d’une voix douce puis petit à petit augmentait le volume jusqu’à la colère et reprenait la fessée. Certes il était assez sévère et il aimait l’être, il ne m’avait pas pris au dépourvu, nous en avions discuté à notre première rencontre et j’étais tout à fait consentant qu’il joue le rôle d’un père austère et dur. A chaque fois que j’allais chez lui et que je lui présentais mon carnet, de penser à la correction que j’allais recevoir me mettait dans un fort état d’excitation.
L’excitation ne fait bien sûr pas tout, il faut l’entretenir et ça c’est le rôle du fesseur. Le gaucher n’était en la matière pas né de la dernière couvée, il adorait son personnage et le maîtrisait parfaitement. Sa voix qui me réprimandait n’avait pas de fausse note jusqu’à me faire oublier que j’avais un vrai père qui n’était pas lui. Il est très rare de tomber sur quelqu’un qui vous hypnotise à ce point vous faisant plonger dans une espèce de réalité punitive au point même d’y croire alors que ce n’est qu’un jeu. Il le sentait quand ça n’allait pas et avec tout son savoir et expérience, il faisait tout pour ranimer la flamme.
Pour la correction, il n’y avait pas de temps ou de préméditation des pauses, c’était selon comment je réagissais.

Il m’est arrivé de jouir sur son pantalon et c’est lui qui le premier, si ma mémoire est bonne, qui m’a fait comprendre que c’était une grande récompense pour un fesseur ; Lui aussi avait parfois la jouissance en me corrigeant, il ne s’en cachait pas quand le jeu était terminé et qu’après la douche il me pommadait le fessier, il rigolait en disant que je lui coutais cher en eau et en lessive.

Il arrivait qu’à la suite de la fessée cul nu, je sois encore très excité, bref que la punition ne soit pas suffisante et qu’à la vue de mon membre bien dressé, s’impose un supplément. Le gaucher me faisait mettre tout nu et sur une page vierge me faisait copier recto verso « je dois bien travailler en classe. » Un entracte nécessaire me promettant en surveillant la progression des lignes, qu’il allait encore m’en cuire ce qui n’était pas fait pour abaisser ma garde au garde-à-vous. Une fois les deux faces de la feuille écrites, il m’attrapait et m’allongeait le ventre sur un sofa ou un haut tabouret de bar en ayant pris soin de protéger d’une toile. Si c’était le sofa, il plaçait un gros coussin de velours sous mon ventre pour arrondir mon fessier. Que ce soit le tabouret ou le sofa, il m’attachait les pieds et les mains au meuble et m’administrait une bonne fessée à coup de règle plate. Je peux vous assurer que ce genre d’instrument ça claque méchant et si parfois j’en jouissais, il était plus fréquent que je supplie mon bourreau, mais j’aimais ça. Petite précision, cette règle plate, le gaucher me l’a offert lorsqu’il a déménagé dans le sud pour vivre sa retraite au soleil. J’en suis toujours possesseur aujourd’hui.




Ce jour de 1981, la punition n’avait pas été au delà de la fessée manuelle cul nu.


Mais pourquoi donc je vous cite précisément cet après midi de 1981. Et bien vous le saurez dans la deuxième partie qui suit. Poil au Z….

DEBOIRE AVEC MODERATION (4)





Hopitalebonjourdudocteur (deuxième partie)

Sortant de chez le gaucher, je posais délicatement mes fesses sensibles sur la selle de ma moto et me dirigeais vers la capitale afin de récupérer un accessoire chez un concessionnaire. Passé le pont de Sèvres j’empruntais la grande avenue qui mène à la porte de Saint Cloud.
Mais pourquoi une gamine traversa en courant alors que le feu était au vert ? Tiens c’est une question que je ne lui ai pas posée. Bref me voilà avec en ligne de mire un petit corps affolé et de chaque côté de la chaussée des piétons qui hurlent. Pas beaucoup de choix, soit je fais un strike dans les gens qui attendent sur le terre plein central, soit je shoote la môme, soit je prends place dans la poussette jouet qu’elle pousse. (Ben oui une poussette comme son nom l’indique ça se pousse). Tant pis pour la poupée, pas le temps de peser le pour ou contre, ça va trop vite et en pas plus d’une seconde la roue avant embarque le petit véhicule à traction humaine.
Tout aurait été pour le mieux si cette foutue poussette n’était pas restée coincée privant la roue avant de rotation et envoyant la bécane et moi au tapis qui était moins vert que le feu.
Me voilà donc en vrac sur l’asphalte, mais conscient, vu la faible allure à laquelle je suis tombé, que je n’avais rien de cassé, tout juste quelques éraflures aux genoux et un jeans à raccommoder. J’allais me relever quand une horde de gens m’entoure en me signifiant de ne pas bouger que les secours vont arriver. Parmi tous ces braves, y’en a quand même qui bavent en vouant tous ces fous de motards au bûcher. Perso je me fiche bien de ces connards et sollicite une charmante fliquette qui se penche sur moi, d'avoir des nouvelles de la gamine. «  Elle n’a rien » me rassure-t-elle. Parfait alors maintenant on me fait un peu de place et on me laisse ramasser ma machine, regarder les dégâts et ensuite faire un constat, du moins c’est ce que j’envisageais.
«  Nous avons appellé police secours » m’annonce un barman venu sur les lieux et donc coupable d’un abandon de poste. J’ai beau dire que ça va bien, il faut absolument qu’on me fasse croire que ça va mal. Quelques minutes plus tard voilà le fourgon toutes sirènes hurlantes, suivit des pompiers. Une civière rien que pour moi et une autre pour la gamine alors que son seul chagrin était de constater que sa poussette était transformé compression de César et ne roulerait plus. Mine de rien j’avais inventé les transformers et quelqu’un ma piqué l’idée.



Me voila donc embarqué dans le fourgon de la police, direction l’hosto. Durant le court voyage un policier me pose des questions en remplissant un procès verbal et m’indiquant qu’une fonctionnaire de police témoin à déclaré ma non responsabilité dans cet accident. C’est plutôt bien me direz-vous, d’accord mais moi j’avais bien d’autres inquiétudes et sitôt arrivé aux urgences, je m’égosillais d’expliquer à deux infirmières que je me portais même mieux qu’avant l’accident.
Autant pisser dans un violon qui d’ailleurs aurait pu être ma destination, allez savoir avec la police…
Je me retrouve allongé sur une table d’auscultation. Un gars arrive et me retire mon casque avec délicatesse en me demandant si je n’ai pas mal derrière la tête, si je n’ai pas la vue troublée, des nausées etc. Un remake du malade imaginaire, mais sans la saignée, on n’en n’est plus là quand même. Vu que je n’ai mal nulle part et que le toubib dit ne pas m’envoyer à la radio car il pense comme moi, je souffle de soulagement et me vois déjà franchir les portes de l’établissement dans le sens inverse.
Zélé le médecin, pour être certain et n’avoir aucun regret, il me demande de me déshabiller pour contrôler et palper mes articulations. Là je suis mal ! C’est sûr je devais être un peu livide, mais bon, je ruse. Je retire le blouson, la chemise, le maillot et présente mes bras et mon torse. Le toubib me plie les coudes un peu dans tous les sens et me demande ce que je ressens. Ensuite il me tâte les côtes et me pose la même question. Jusque là tout va bien, mais ça se gâte quand il me demande de retirer mes bottes et mon jeans car lui et l’infirmière avaient remarqué la petite auréole rougeâtre qui marquait le genou râpé du vêtement.
Vous pouvez toujours dire que même pas mal, que c’est juste une égratignure de rien du tout, la médecine est sourde et surtout curieuse de voir par ses propres yeux alors que les miens ne sont pas plus sales.
Je ne me souviens plus de tout ce qui m’est passé par la tête, mais je ne doute pas de choses les plus absurdes du genre : je saute à travers la fenêtre comme Luky Luke, Je crie au viol, Je dis que j’ai la syphilis, Je dis que de baisser sa culotte devant des étrangers c’est impoli ou je demande un avocat. En attendant et vulgairement parlant, je suis dans la merde et l’infirmière prépare déjà de quoi désinfecter mon bobo.
Au fond de l’impasse, je ne pouvais rien faire d’autre que d’obtempérer, j’ai donc ôté mes bottes et timidement baisser mon pantalon que le toubib à fini d’enlever en le jetant au dessous de la table. Mon visage me piquait et je me collais dos au simili cuir. Le médecin a regardé l’écorchage et fait signe à l’infirmière de s’en occuper. Pendant ce temps il avait enlevé courageusement mes chaussettes et tripatouillait mes chevilles.
Un beau pansement qu’elle m’avait fait la dame que j’ai certainement remercié d’un sourire crispé.

« Vous n’avez pas mal au dos, retournez-vous ! » M’a demandé le toubib.

Je crois qu’à ce moment là j’en aurais chialé. J’étais foutu, mort, deux fois trois fois et enterré autant ; Justement c’était l’année des roses, ça change des chrysanthèmes.
Ben oui que je me suis retourné, vous auriez fait quoi à ma place ? Pourquoi n’avais-je pas mis un caleçon tiens ?
Evidement qu’un slip ça ne couvre pas toutes les fesses, évidement que la trempe que j’avais reçu il y a une heure ou un peu plus avait imprimée des marques très explicites surtout que le gaucher avait la main lourde.
J’avais le nez enfoncé dans le revêtement de la table et les yeux fermés. Derrière moi ce fut le silence pendant quelques secondes, puis le toubib s‘est adressé à l’infirmière. Je l’entends encore comme si c’était hier.

«  Alors ça, ce n’est pas causé par la chute de moto. » A-t-il dit d’un ton persifleur.




Je ne peux vous décrire ce que je ressentais ; l’anéantissement, la mortification, un grand trou, une explosion interne de tous mes neurones et bien pire encore.
Une serpillère sur cette table d’auscultation aurait surement été plus digne que moi.
Encore heureux qu’il n’a pas posé de question sur le sujet parce que je crois que pour moi c’était l’arrêt cardiaque.

Le toubib m’a plié les jambes, a pressé sur mon bassin, a tâté mes cervicales et a annoncé que c’était bon. L’infirmière m’a dit de me rhabiller et d’attendre en salle ma feuille d’hospitalisation.
J’étais pitoyable et quand je suis sorti de cette minuscule pièce en faisant un simple signe à l’infirmière parce que je ne me sentais plus de parler, elle m’a gratifié d’un petit sourire.

Beaucoup plus tard, racontant l’anecdote au gaucher et à certains partenaires, j’entendais souvent dire que les médecins et les infirmières en voyaient de toutes les couleurs et que les marques d’une bonne fessée devaient être relativement minimes, voir banales par rapport aux restes. C’est sans doute vrai, mais c’est facile de parler quand on n’est pas dans la peau du gars qui est sur la table d’auscultation.


lundi 3 novembre 2014

moment tané



Juste quelques petits mots chuchotés.
A peine profanes surtout subtiles.
Comme un jet de dés lancé.
A l’oreille le propos devient utile.

La belle ne fut point ignorante.
Sur l’espiègle elle avait misé.
Certaine d’en avoir la rente.
Certaine qu’il n’eut point résisté.

A lui d’interpréter en faveur.
La moindre syllabe, la moindre lettre.
Répéter une vérité en menteur.
Afin d’interpeller le maître.



Il souhaite, inévitable attention.
Que la belle en soit débitrice.
Le vil enfante la suspicion.
Possédé qu’il est par le vice.

Il désire le rouge à la croupe.
Qu’elle chante, qu’elle danse.
Il est ivre d’en boire la coupe.
Qu’elle subisse la sentence.



Mais n’étaient-ils pas déjà complices.
Bien avant que le verbe fut.
Et déjà la belle troussée en lice.

Ni elle ni personne ne seront déçus.

lundi 6 octobre 2014

LE COIN ou le PIQUET




Généralement dans une pièce il y a quatre coins sauf si l’architecte est un original où fut complètement bourré quand il imaginait le logement.
Pour ce qui nous concerne, un seul est bien suffisant, encore faut-il qu’il soit dégagé de tout mobilier ou autres objets pour être utile ; donc un coin vide est préférable. Ceci dit, lorsqu’on ne dispose pas de coin inoccupé de tout encombrant ne permettant pas son libre accès, on peut également utiliser un mur, bien que le plat ait moins de charme qu’un angle droit.
Donc il faut bien choisir son coin et ne pas sauter sur la première occasion venue.
Quelques exemples à éviter.



La mise au coin est un classique du monde de la fessée. Son caractère infantilisant ou vexant en fait une sanction générant de multiples émotions selon les personnes condamnées. C’est une position de pénitence qui la plupart du temps est maintenue culotte baissée, nez au raz du mur ou d’un angle de celui-ci.




Cependant on peut exiger que cette pénitence s’accomplisse à genoux et même en exposition devant les témoins ce qui transforme le « coin » en « piquet ».




Le piquet après une brûlante fessée, se nomme « le piquet d’incendie ».

 Si on met plusieurs personnes en tas au piquet, cela devient une motte d’où le nom de la station de métro.




Quelques subtilités peuvent être ajoutées comme tenir sur le mur un bristol ou une gomme avec le bout du nez menaçant si l’objet tombe, qu’une autre fessée sera administrée. Evitez les balles de ping-pong à moins que la ou le puni soit friand de suppléments.

La mise au coin est souvent imposée après avoir reçu la fessée, mais elle peut aussi l’être en préliminaire en attendant la fessée. Dans le premier cas, si avilissante soit-elle, elle s’avère souvent comme un temps où l’épiderme maltraité refroidit. Certaines ou certains appellent ce temps de pause RTT (Refroidissement Technique Temporaire) pris généralement après un CP (qui n’est pas l’abréviation de Congés Payés, mais celle de Châtiment Corporel). Dans le deuxième cas elle est fiévreuse, angoissante et souvent génératrice d’excitation.




En conclusion, du moins c’est ce que je pense, la mise au coin est une sanction d’autorité qui donne un plus à une bonne séance fessée.





PS : Malicieuse Cigogne a fermé son blog pour s’envoler et peut-être découvrir d’autres horizons. Je te bise MC, que les vents te soient favorables et à un de ces jours.

jeudi 25 septembre 2014

LA BROSSE A CHEVEUX







Dans le spanking Outre-Atlantique, la brosse à cheveux est un instrument très prisé pour la fessée.
La question que certaines et certains se posent est : Mécékikapensé,aça ?

Mon enquête chez les coiffeurs pourtant réputés bavards n’a rien donné même en coupant les cheveux en quatre. Chez certains, à un poil près pour on me virait à coups de pompe dans le cul alors que la savate, qui est également un ustensile utilisé pour la fessée, n’était pas le sujet.




Bref, je ne peux pas vous renseigner sur qui eut le premier l’idée de s’armer d’une brosse à cheveux pour claquer les rondeurs de sa dame ou l’inverse.

Peut-être qu’un jour un colporteur n’arrivant plus à vendre ses brosses venta un autre usage pour écouler son stock. Allez savoir ?




Ceci dit, celles et ceux qui ont essayé la brosse, je parle bien entendu des personnes qui ont offert gracieusement leur fessier, ont vite compris que l’instrument était redoutablement cuisant.  « Bentavékapafairedebêtise ! » Diront les mauvaises langues. Certes mais ne perdons pas de vue qu’une fesseuse ou un fesseur est souvent de mauvaise foi et prend n’importe quel prétexte pour vous claquer et plus encore lorsqu’il s’agit de tester un nouveau jouet. (Je sens que je vais me faire des amis)



Maintenant, s’il y en a qui ont une explication rationnelle ou farfelue du pourquoi de l’usage de la brosse à cheveux pour fesser, n’hésitez surtout pas à commenter.

vendredi 19 septembre 2014

mercredi 10 septembre 2014

MÛRIR POUR DES IDÉES...





 Comme chacun le sait par expérience, les fesses sont la partie du corps la plus pratique pour s'asseoir. Idéalement placées, plus ou moins charnues selon le confort désiré et en général d'une surface sécurisante pour l'équilibre posé du buste sauf si par abus on roule sous la table, mais dans ce cas la direction se dégage de toutes responsabilité.

N'imaginez point autre chose dans mes propos, autres que les deux belles rondeurs de la croupe d'une ou d'un être humain selon les goûts artistiques personnels de chacun. Le reste de l'endroit, je veux dire ce qui représente une étude plus approfondie, n'est pas le sujet de ce post.


Voilà ; donc on s’assoit sur ses fesses, son popotin, ses doublures, son cul, son séant, son joufflu etc.

Cependant, les deux galbes frères attirent d'autres convoitises. ne me demandez pas, qui la ou le premier a eut l'idée d'y envoyer sa main avec une certaine rigueur afin d'en sortir un bref son musical accompagné par le chant primaire de la ou du propriétaire. Chant qui d’ailleurs n'excelle pas d'un riche vocabulaire car il se limite généralement à "Aille ou Ouille" avec certes quelques variantes, mais insuffisantes pour composer une symphonie originale en dix actes.



L'aspect tribale de la musique produite n'est pas sans charme, tout dépend des variations, de la tonalité et des trémolo (trémoli, peut-être ?) de la ou du personnage claqué.

On peut faire un rapprochement entre le fruit qui à besoin de chaleur et soleil pour rougir et les fesses. La main serait donc le soleil des culs et il est aisé de croire qu'il y a un culte adorateur de fesses bien mûres. Ce mot, je suis presque certain que l'origine est bien "cul"


Il y a aussi les adeptes d'un mûrissement par instruments interposés. Toutes les techniques sont bonnes si toutefois le jardinier a l'expérience requise. Point de diplôme, juste l'amour du travail bien fait.



S'il est agréable d'admirer un popotin bien rose, il est plus excitant d'en teindre le velouté en rouge dominant donnant à l'ensemble un tableau bien plus bandant que la Joconde, sans pour cela ignorer le génie de Léonard, mais à mon avis, il aurait mieux fait de la peindre côté verso soulevant jupe et jupons exposant son fessier récemment claqué par l'artiste. D'accord, elle ne trônerait peut-être pas au Louvre, mais la toile aurait certainement fait honneur au hall du Moulin Rouge ; qui pour le coup ne se serait sans doute pas nommé "Moulin".





N'empêche, s'il faut parler franc, que le claquage de postérieur est un usage courant chez nombre de couples qu'ils soient réguliers ou pas.

Et vous ?

jeudi 28 août 2014

CADEAUX






Il me fut offert il y a peu par Dame Iris et Titi une figurine représentant Sylvestre et Titi, les deux héros connus de tous les cartoonomes en culottes courtes ou non. Quel rapport aurait cette double figurine avec moi ? Pour celles et ceux qui fréquentent le site de Mister Agramant et plus précisément celles et ceux qui ont imaginé le fameux quartier rouges et ses locataires ou visiteurs amis et complices, le lien est évident. Pour les autres, j’instruis que celui qui porte le pseudo de « Titi » est assimilé au facétieux volatile du dessin animé et pour celui qui porte le pseudo de « Mike » à celui de « Rominet » Ok, ce n’est pas évident pour ce qui est de Mike, mais bon, pourquoi pas… N’empêche, attention touchante et quelquefois ce n’est pas au sens figuratif, ce présent me fut offert et j’en suis toujours très content puisqu’il trône sur mon ordi et ne cesse d’épier tout ce que j’écris et dessine.



Dernièrement, invité à un barbecue organisé par des célébrités du quartier rouge, je passais d’abord à la gare de Lyon pour saluer l’ami Waldo et aussi prendre livraison d’Ellie pour l’emporter sur ma fougueuse machine vers le lieu de braise ou crépitais viandes et saucisses.

Il est de bon ton entre amis du quartier rouge présents de trinquer. Il faisait presque nuit et sous le grand parasol qui nous protégeait de l’humidité des quelques gouttes tombantes de gros nuages qui n’ont cessés de pourrir l’été, un cadeau fut déposé devant mon verre. Le papier satiné de l’emballage reflétait la douce lumière de l’ampoule ; ils me regardaient toutes et tous en m’invitant de sourires à ouvrir le paquet.
Je suis toujours embarrassé et ému quand on me fait des coups pareils, ben oui quoi, vous êtes là peinard à siroter votre apéro et raconter des bêtises quand on vous livre un colis qui normalement est un présent pour ceux qui sont sage ce qui est loin d’être mon cas.

Admettons que ce paquet soit un cadeau d’anniversaire, je l’aurais bien imaginé si c’était la date, mais ce ne pouvait l’être car ma prochaine année attendra encore quelques mois et perso, je ne suis pas pressé. D’accord, le temps était pluvieux, mais point de neige ou de givre et donc, ce n’était pas Noël, pas plus Pâques ni ma fête, alors pour quelle occasion m’offrait-on un cadeau ?

Je ne voyais qu’une seule raison, c’est qu’on m’aimait bien et je vous avouerais que c’est le meilleur motif qui existe à mes yeux parce que si je souffle les bougies de mon anniversaire, c’est uniquement pour me goinfrer le gâteau et picoler le champagne vu qu’une année de plus ne vaut pas à mes yeux plus qu’un verre d’eau pas fraîche.

Donc me voilà face à un truc emballé que je tâte du bout des doigts afin de tenter de deviner. C’est un parallélépipède rectangle, dur avec sur deux cotés de rondes aspérités et cela ne m’inspire rien de précis, il me faut donc déchirer le papier pour découvrir le présent.

Il y a des moments de la vie qui ressemble à du «  çanecepeupa » et pourtant, n’ayant pas ingurgité plus qu’un verre de rosé, et bien c’est « bensiçacepeu »

Quand je réalise le cadeau, je reste sans voix perdu dans une voie qui ne me mène nulle part si ce n’est que l’instant présent reste figé. Parce que faut que je vous dise ; des cadeaux comme ça vous n’en recevez pas beaucoup dans votre vie et je suis bien certain qu’il y en a un grand nombre qui n’en toucheront jamais.

 Sans doute parce qu’Ellie avait posé un mouchoir en papier devant moi que par défit je me suis retenu de lâcher une larme, mais croyez qu’elle était prête à dévaler une joue et peut-être les deux. De toute façon, j’étais cloué !
Il n’y a pas de « merci » assez grand, assez chanté, écrit, dessiné ou tout ce qu’on peut suggérer pour toutes les personnes qui ont pensé, participé et réalisé ce que j’avais devant les yeux.

Commençons par le début, un coffret en bois gravé d’un emblème représentant Fantasmaginaire sur un côté, de l’autre l’arrière du Bouchtrou et au dessus, de métal, le coquin trou de serrure de mon avatar signant quelques uns de mes commentaires sur les blogs.





 La face ouverte de ce coffret fait main par Délie montrait le dos des reliures des cinq tomes de Fantasmaginaire représentant, accolés dans l’ordre, le dessins de Mikael dans le volet 4.



Comprenez-vous mesdames et messieurs l’émotion ?

Regardez bien ses photographies, oui regardez les bien, c’est plus que beau, non pas les photos mais ce qu’elles exposent, c’est ce que jamais je n’aurais rêvé dans les plus envolés de mes songes. Les cinq volumes de Fantasmaginaire avec les illustrations imprimés et reliés.







Saluer le travail accompli est justice, mais bien au delà de ça, c’est tout ce que peut représenter l’ensemble de ce merveilleux cadeau ; encore aujourd’hui, je ne sais quoi dire… Sinon que je suis heureux plusieurs fois parce qu’une fois ce n’est pas assez. Alors à Délie, Mister Agramant, Dame Iris, Ellie, Titi et chou, j’espère que vous entendez ce que je n’arrive pas à formuler parce que je n’arrive pas à trouver les bons mots si ce n’est qu’un « merci » un peu trop modeste au regard de cet extraordinaire cadeau.